Skip to main content

Comment réduire votre vulnérabilité face au coronavirus pendant votre sommeil

https://drive.google.com/uc?export=view&id=1zmzVM0SFk-tvDevnKm4Rb9YTUvHetWXy



Par Bruce L. Davidson MD, MPH . L'auteur est médecin et chercheur en pneumologie à Seattle, expert en transmission respiratoire des infections et ancien président de la National Tuberculosis Controllers Association et membre du Conseil consultatif pour l'élimination de la tuberculose.  Les opinions exprimées dans ce commentaire sont les siennes.

 Ce que vous ne savez peut-être pas sur le coronavirus - la maladie qui a atteint des proportions pandémiques - est que l'une des fois où vous êtes le plus vulnérable à la contracter, c'est pendant que vous dormez.  Voici comment cela peut se produire et ce que vous pouvez y faire.
 Le coronavirus infecte les cellules situées sous la boîte vocale, dans les voies respiratoires et profondément dans les poumons, contrairement aux virus de la grippe qui commencent par le nez et la gorge.  Autre que par de minuscules particules inhalées dans l'air, le coronavirus atteint ces cellules via le liquide dans le nez ou la gorge qui se faufile devant votre boîte vocale (c'est ce qu'on appelle l'aspiration) et glisse sur votre trachée ou trachée.

 Des études ont montré qu'au moins la moitié des personnes normales - jeunes, d'âge moyen, personnes âgées - aspirent la nuit pendant le sommeil.  Au bout d'une semaine, nous en avons probablement tous.  Après avoir pris un somnifère ou quelques bières ou verres - et avoir dormi plus profondément - les chances d'aspiration sont encore plus élevées.  Et à mesure que nous vieillissons, la déglutition ordinaire devient souvent moins bien coordonnée.

 Si vous avez des dommages aux poumons causés par le tabagisme, la déglutition de la salive, que nous faisons tous pendant que nous dormons, peut fournir un contenu de gorge encore plus aspiré dans les poumons.  La quantité de liquide aspiré pendant le sommeil est suffisante pour provoquer une pneumonie - en fait, c'est ainsi que se produit la plupart des pneumonies.

 Alors pourquoi ne nous réveillons-nous pas tous les matins avec une pneumonie?  Premièrement, la plupart de nos nez et gorges contiennent des bactéries sûres, pas des microbes comme les coronavirus qui peuvent provoquer une pneumonie.  Deuxièmement, notre poumon profond contient des cellules qui tuent les microbes qui y arrivent.

 Enfin, les personnes en bonne santé ont un système robuste pour transporter les virus et les bactéries aspirés dans les trachées et les déposer dans l'œsophage, où il est avalé et commence à être digéré avec la salive que nous fabriquons.  Certaines personnes souffrent de diarrhée légère de ce virus, car il peut également infecter les cellules de votre intestin.

 L'aspiration diurne (au réveil), par exemple lorsque la nourriture tombe dans le mauvais tuyau, est expectorée - si vous avez un réflexe de toux normal et une toux forte.  Chacun de ces facteurs de protection pour les personnes relativement jeunes et en bonne santé peut être altéré par une maladie pulmonaire et un âge avancé.




La Corée du Sud a fait état ce 13 mars 2020 du plus faible nombre de nouveaux cas d'infection au nouveau coronavirus depuis trois semaines. JUNG YEON-JE / AFP

 Tomber malade à cause d'un coronavirus dépend probablement du poids relatif de deux facteurs: la vulnérabilité à l'infection pulmonaire et le nombre de coronavirus pénétrant dans le poumon.  Une personne vulnérable, dont les poumons ou la fonction des voies respiratoires sont altérés par des années de tabagisme, ou un asthme persistant, ou un compromis immunitaire dû à des médicaments ou à des maladies, est plus à risque, même avec un petit nombre de personnes .

Les personnes en bonne santé et non vulnérables sont plus susceptibles de résister et de «supprimer» un petit nombre de virus, ou peut-être simplement de tomber un peu malades, après un contact fortuit avec une personne infectée - mais elles seraient toujours sensibles si elles étaient exposées à un  montant plus élevé.

 Comment pouvez-vous limiter votre exposition personnelle au coronavirus?  Éloignez-vous des personnes qui  respirent sur votre visage, évitez les rassemblements de personnes à l'intérieur et tenez-vous à quelques pieds, même à l'extérieur.  Habillez-vous chaudement pour pouvoir souffler de l'air, même lorsqu'il fait froid.  Ne passez pas longtemps dans une salle de repos mal ventilée où quelqu'un a toussé dur il y a quelques instants.

 Soyez extrêmement prudent si vous êtes une personne vulnérable.  Des masques en nombres suffisants doivent être mis à la disposition des hôpitaux, des cliniques et des autres soignants.  Tout le monde devrait éviter les particules virales déposées près du visage.

 Et puisque vous avez peut-être été exposé de toute façon, retirez tout coronavirus déjà autour de votre nez et de votre gorge: lavez-vous bien les mains et le visage avec du savon et de l'eau tiède, y compris les narines avec  un quart de pouce enfoncé dans chaque narine.  Mouchez-vous ensuite doucement.  

N'UTILISEZ PAS ces dispositifs d'irrigation, comme les pots Neti, qui pourraient forcer le virus à l'intérieur [de votre gorge ettrachée]!  Brossez-vous les dents et la langue, secouez le liquide et crachez; gargarisez-vous une ou deux fois avec un rince-bouche antiseptique.
 La clé est de minimiser la charge virale autour et à l'intérieur de votre visage avant de vous endormir.

 Limitez la sédation avant le sommeil lors d'une épidémie.  Si vous utilisez un appareil la nuit pour l'apnée du sommeil, assurez-vous qu'il reste éloigné de l'endroit où les gens pourraient tousser, éternuer et respirer et nettoyez-le régulièrement.
 Voilà comment minimiser l'exposition de vos poumons à tout dosage de coronavirus caché que vous pourriez rencontrer.

Traduit de l'anglais en français par Carl Gilbert, MD

Article original en anglais

_______________________




    Comments

    Post a Comment

    Popular posts from this blog

    Comment faire l’amour à partir du troisième âge sans s’époumoner ! (Suite et fin)

    Comment faire l’amour à partir du troisième âge sans s’époumoner(Cliquez pour la première partie)
    Par Carl Gilbert,MD (2ème partie et fin)


    “ je suis vieux”; « je me sens vieux », » je suis devenu vieux », ce sont là des propos qui dénotent, à notre avis, une sorte de résignation, une attitude déterministeface au vieillissement. En effet, il est bien des fois douloureux de vieillir sous le regard des autres en voyant diminuer presque toutes nos capacités , en ayant peur d’être malade, de devenir un fardeau pour les autres.
    Vieillir n’a pas que des aspects négatifs, bien au contraire. Car, au lieu de dire que « je suis vieux ou je me sens vieux », nous pouvons tout autant dire que « je me fais vieux »: ce qui implique une participation active, personnelle, à notre avis, au processus du vieillissement, une participation volontaire, seule capable d’altérer ou diminuer en quelque sort l’intensité de ce déterminisme qui nous pèse comme un lourd fardeau. On doit négocier son "vieillir&qu…

    L'impotence chez l'homme, ses causes et son traitement

    Aujourd’hui nous allons aborder un sujet vieux comme le monde, lequel a le potentiel de soulever la curiosité des lecteurs des deux sexes vu qu’il peut affecter les rapports existant entre un homme et une femme. Nous voulons parler de l’impotence qui fait partie de la dysfonction sexuelle masculine. Du fait de la nature embarrassante et la honte que subissent les patients, le sujet est resté tabou pendant longtemps.


    L’impotence ou dysfonction érectile est une anomalie qui se caracterise par une incapacité répétée d'avoir une érection ou de la maintenir suffisamment durant le coït ou acte sexuel. Pour cerner le phénomène dans un contexte linguistique et socio-culturel, en créole, en parlant de ce probleme on dit que l’individu « pa genband » ou bien « pèdi band li ». Le terme « bander »existe aussi en français pour désigner une érection. De plus, en Haiti, il y a ceux ou celles qui croient que de la magie ou de la sorcellerie faite par une femme jalouse peut rendre son homme impoten…

    Comment faire l’amour à partir du troisième âge sans s’époumoner

    Par Carl Gilbert, MD (1ère partie)

    Le vieillissement est un phénomène ou pour mieux dire un processus qui a préoccupé l’homme ou la femme depuis que le monde est monde.
    En effet, on n’a pas besoin d’être un mandarin ou bien comme on dit en anglais avoir un degré en "rocket science" -Sciences des fusées–pour savoir que depuis longtempsle vieillissementnous a tous affectés. Ceci, depuis l’antiquité quand des gens ou des écrivains comme Hérodote, au Ve siècle avant Jésus-Christ, Callisthène dans son roman d’Alexandre au IIIe siècle et même le prêtre Jean, un personnage mythique, au XIe et XIIe siècle, auraient évoqué dans leurs écrits différentes notions de la fabuleuse ou fameuse fontaine de jouvence(fontaine de la vie ou fontained’immortalité) en vue de refouler en quelque sorte le vieillissement qui inéluctablementfrappe l’humain et tous les autres vivants voire la matière.
    Ubiquitaire parce qu’ilfrappe toutes les cellules, les tissus et les organesd’une être vivant sans exce…